🔴⚫️🔴 Match de Gala/d’Adieu 🔴⚫️🔴
Venez nombreux ce samedi 12 mars faire la fête une dernière fois à la patinoire de Delémont à Tristan Vauclair, Gervais Gigon, Julien Paratte et Luc Bourgnon. Merci d’avance les gars pour votre investissement et particulièrement à Tristan pour le magnifique job effectué pour notre Moju.
👉Match à 17h00 avec les joueurs de notre première équipe, des joueurs régionaux et des invités surprises🏒😀
👉En plus de ce match, venez encourager nos U13A, tournoi dès 14h30 à 16h30🏒
👉Et encore la Finale Romande de nos U17A contre les Griffons à 19h30🏆🏒
Tente + Roulotte avec restauration dès 15h30🥳🍟
👉Menu 🍖Jambon 🍟Frites ou 🌭Hot-dog
DJ Vincenzo sous la tente dès 20h🔊🎤
A samedi et go go go fantôme 👻👻👻

La saison 2021-2022 de notre équipe en 1ère ligue s’est achevée mardi soir 15 février suite à la défaite lors du match n°3 de notre ¼ de finale contre le HCV Sion.

Notre équipe s’est battue becs et ongles face à un coriace adversaire mais cette troisième défaite dans la série met abruptement fin à notre saison.

Pour tous l’émotion était vive dans le vestiaire à la fin du match puisque ce verdict signifie également le dernier match sous le maillot de Fantômes pour quatre importants joueurs de notre équipe.

Julien, Luc, Gervais, Tristan, nous sommes énormément reconnaissant pour votre engagement et votre comportement exemplaire sous notre maillot. Plus que des joueurs ou de simples équipiers vous avez tous à votre façon apporté votre contribution au développement de notre équipe et de notre club. Grâce à vous nous avons grandit et le chemin que vous avez tracé nous permet de poursuivre sereinement notre progression.

Ce n’est qu’un au revoir car nous en sommes certains, nos chemins se recroiseront.

MERCI LES GARS !

 

A NOTER QUE POUR LES SPECTATEURS, L’ACCES A LA PATINOIRE NECESSITE LE PASS « 2G » AINSI QUE LE PORT DU MASQUE

 

La task force Covid-19 de la Regio League et les membres du Comité du Sport Espoir et Amateur (CSEA) ont décidé hier que les championnats, actuellement interrompus, reprendraient à partir du 28 janvier 2022.

Avant de prendre cette décision de reprendre les championnats interrompus, différents facteurs ont été discutés et pris en compte, notamment les résultats de l’enquête consultative auprès des clubs. Dans toutes les ligues, la grande majorité des clubs est d’accord avec la reprise du championnat. De nombreux joueurs et joueuses se sont soit infectés avec la variante Omicron au cours des quatre dernières semaines et se sont entre-temps rétablis ou se sont fait vacciner. Ainsi, beaucoup plus de clubs sont capables de disputer des matches dans le cadre des mesures actuellement en vigueur. Ce n’était pas le cas au moment de l’interruption du 20 décembre.

La réduction de la durée d’isolement et de quarantaine à cinq jours a également une influence décisive sur la reprise des championnats. En outre, il n’est pas exclu, à l’heure actuelle, que le Conseil fédéral décide bientôt de nouveaux assouplissements des mesures de lutte contre la pandémie, provisoirement prolongées jusqu’à fin mars.

La décision du CSEA et de la Task Force Covid-19 a finalement été prise en tenant compte de ces raisons et dans l’intérêt du sport. De nombreux clubs ont signalé qu’une reprise des championnats était très importante, notamment pour l’avenir des clubs ainsi que des joueuses et des joueurs.

Dispositions particulières

Avant le début de la saison, Swiss Ice Hockey a établi des plans d’éventualité pour la saison 2021/22. Ceux-ci prévoient entre autres la possibilité de reporter des matchs en raison de cas Covid-19. Seuls les matchs des play-offs ne peuvent pas être reportés.

Les clubs de la MySports League, de la Women’s League et de la 1ère Ligue ont décidé de jouer les play-offs comme prévu. Il en va de même pour les ligues actives inférieures qui jouent les play-offs. Les équipes qui ne peuvent pas se présenter à un match de play-offs le perdent 0:1 par forfait, sans frais.

Les matchs de championnat des autres phases peuvent être reportés sans autre en raison de Covid-19.

Si une équipe ne souhaite plus participer au championnat dans les conditions actuellement en vigueur, elle perd les matchs restants 0:1 par forfait, sans frais.

Prendre ses responsabilités

Swiss Ice Hockey se réjouit de la reprise des matchs dans tous les championnats de hockey sur glace suisse espoirs, féminins et amateurs à partir du 28 janvier. Mais en même temps, la SIHF appelle tous les membres de la famille du hockey sur glace à ne pas considérer cette reprise comme un signal de négligence. Les concepts cadre de protection sont toujours valables et doivent être appliqués. Chacun est coresponsable du fait que les matches à venir se déroulent dans un cadre sûr et sain pour tous, dans le strict respect des mesures prises par les autorités.

https://m.sihf.ch/fr/regio-league/news/#/article/2022-01-25/regio-league-wiederaufnahme-aller-unterbrochenen-meisterschaften

Gervais Gigon (45 ans) joue en 1re ligue à un âge où le commun des mortels commence à soigner ses premiers bobos de vieux. Rencontre avec l’increvable attaquant Taignon.
Y a-t-il un point commun entre Gervais Giron et l’ex-international Martin Rauch ?
GG: Surtout pas ! Il était beaucoup plus fort que moi. Il évoluait en défense. Bon, c’est vrai qu’il a joué au hockey à un bon niveau longtemps. Comme moi. […]
Martin Rauch, en fin de carrière au HC Ajoie, avait accepté de poser, pour les besoins d’un photographe d’un célèbre quotidien orange, à côté d’un dinosaure en plastic trônant sur un rond-point de Porrentruy. Ferais-tu un truc comme ça ?
GG: Le public, ma famille, mes collègues et mes coéquipiers me font déjà suffisamment comprendre que j’ai passé l’âge de faire ce que je fais (ndlr : il sourit). Cela dit, j’ai encore l’impression d’apporter ma pierre à l’édifice.
Un de tes anciens coéquipiers du HCFM dit que, si tu es encore là, c’est probablement parce que tu t’es lancé un défi interne. Vrai ou faux ?
GG: Disons qu’avant d’entamer cette aventure en 2e ligue avec Delémont, j’étais resté sur quelques saisons à jouer avec la « deux » du HC Franches-Montagnes. Voire en 1re équipe durant les play-offs, quand Martin Bergeron était entraîneur au Centre de Loisirs. A la fin de cette période « entre deux eaux », on m’a contacté pour venir à Delémont. Je connaissais plusieurs joueurs, comme les frères Gygax, Membrez, Schlüchter, Gerber. Je me suis dit : « pourquoi pas ». J’ai appris à mieux connaître le Tchet (Michaël Chételat, le coach), un passionné, un mordu avec qui le courant est très bien passé. Et voilà…
Pourquoi le HCDV et pas le HCFM, vu que tu résides à Saignelégier ?
GG: J’avais sondé, à l’époque de mon changement de club, les dirigeants du HCFM. Personne n’avait montré un réel intérêt à me conserver du côté de « Saigne ».
Pourquoi tant de sacrifices à 45 ans pour jouer à ce niveau ?
GG: Pour le plaisir. Pour tout vous dire, je préfère la 1re ligue à la 2e. C’est plus rapide, plus technique, plus fluide, plus « fin ». C’est la catégorie de jeu où je me sens le mieux.
Certains de tes coéquipiers pourraient être tes gosses…
GG: Aucun problème. Il y en a avec qui j’ai développé des affinités, d’autres naturellement un petit peu moins. Il y en a qui viennent me demander des trucs, d’autres pas. Tout cela se fait naturellement. L’âge n’a rien à voir.
A l’époque, tu fréquentais un vestiaire sans smartphone, car ça n’existait pas. Quel regard portes-tu sur cet appareil ?
GG: Ça a amené de la bonne musique, mais ça génère aussi des abus, quand certains se ruent dessus dès qu’il y entrent. Je ne me gêne d’ailleurs pas de glisser une petite remarque de temps à autre.
Pourquoi Delémont et pas Tramelan ou St-Imier ?
GG: Martin Bergeron aurait aimé me voir à Tramelan. Mais je suis venu à Delémont pour quelques entraînements, et ça m’a plu. En plus, nous nous limitions à deux séances par semaine. Ce rythme, déjà élevé pour un père de famille passablement chargé au niveau professionnel, me convient bien. Je connais Martin Bergeron : à moins de trois entraînements hebdomadaires, ça n’aurait pas fonctionné. Pour moi, c’est trop.
Quel regard porte le Taignon que tu es sur ce HCFM qui accueille bon nombre de joueurs ne connaissant ni la Thérèse de Muriaux, encore moins l’étant de la Gruère ?
GG: Ça change de mon époque, où l’équipe était composée à 80% de joueurs du coin. Cela dit, j’ai un bon regard là-dessus. Beaucoup de ces gars se sont établis aux Franches. Il n’y a pas eu que des mercenaires purs et durs. Certains sont venus, s’y sont plus et y sont restés. Tout n’est pas à jeter. Ceci démontre aussi le travail réalisé, année après année, par le HCFM. Dirigeants, encadrement, entraîneurs, joueurs, tout a progressé pour faire de ce club un club attrayant.